9 concerts à voir dans les Twin Cities cette semaine – Systeme.io


Jeudi 26 janvier

1. Glaçon : Avec ses concerts d’acteur hollywoodiens bien plus payants que sa carrière musicale depuis la sortie des premiers films « Friday » et « Barbershop » il y a deux décennies, la légende du hip-hop de Los Angeles de NWA et la renommée de « Today Was a Good Day » semblent revenir sur scène que lorsqu’il en ressent le besoin. Il y avait une urgence perceptible dans sa mémorable apparition au festival Soundset précédemment dans les Twin Cities, qui, selon lui, « a toujours été une ville vivante » dans une interview avant ce concert de 2015. Il a ajouté une deuxième nuit cette fois-ci en raison de la demande, et pourrait déposer une chanson ou deux du nouvel album du supergroupe « Mount Westmore » avec Snoop Dogg, E-40 et Too Short. (20 h, également vendredi, Mystic Lake Casino Showroom, 2400 Mystic Lake Dr., Prior Lake, 80 $ et plus, ticketmaster.com)

2. Joe Rainey : L’un des premiers et des plus attrayants événements musicaux du Great Northern Festival à l’échelle de la ville, ce n’est que la deuxième tête d’affiche que le chanteur/batteur de pow-wow ojibwé offre dans son ancienne ville natale depuis la sortie l’été dernier de son album révolutionnaire « Niineta ». La collaboration avec l’expérimentateur électronique Andrew Broder a gagné la presse du New York Times et de Pitchfork, représentant une nouvelle ère audacieuse dans la musique amérindienne qui ouvre son esprit communautaire à ceux qui ne font pas partie de la communauté autochtone. Il se produit avec Broder et l’ensemble à cordes Owls (19 h 30 Cedar Cultural Center, 416 Cedar Av. S., Mpls., 27 $ à 32 $, thecedar.org).

Aussi : Johnson & Drake, qui a fait un peu de bruit au début des années 70 en ouverture pour Jim Croce et Linda Ronstadt, se réunissent (19 h 318 Cafe, 35 $).

Vendredi 27 janvier

3. Semi-sonique : Pour rattraper le temps perdu, les hitmakers de « Closing Time » ne se contentent pas de retourner dans la pièce principale de leur jeunesse pour revisiter les jours de gloire d’antan ou pour rattraper une paire de concerts reportés en septembre 2021. Le trio élevé par Twin Cities Les premiers spectacles depuis 2019 sont également les premiers depuis la fin de leur accalmie d’enregistrement de 19 ans avec l’EP 2020 de cinq chansons au son classique vraiment réconfortant « You’re Not Alone ». De plus, l’auteur-compositeur-interprète primé aux Grammy Awards Dan Wilson revient également à la maison avec des morceaux encore plus récents à tester. Chastity Brown ouvre les deux spectacles, qui doublent à juste titre en tant que booster de musique indie / locale 89.3 les fêtes du 18e anniversaire du courant. (20 h, également sam., First Avenue, 701 1st Av. N., Mpls., complet sauf billets de revente, first-avenue.com)

4. Plongée dans la rue du lac : Vu pour la dernière fois en première partie de Brandi Carlile au Xcel Energy Center, cet ensemble jazzy, alt-soul/pop revient dans un cadre plus confortable et plus approprié. Ils reviennent sans le trompettiste et guitariste Mike « McDuck » Olson, l’ancien Minnesotan qui connaissait les plongées de Lake Street. Il a quitté le groupe en mai 2021, deux mois après la sortie de « Evidemment ». Puis l’automne dernier, LSD a sorti « Fun Machine: The Sequel », un EP de reprises de Bonnie Raitt, Shania Twain et Dionne Warwick, entre autres. Pendant ce temps, la chanteuse principale Rachael Price vient de sortir un nouvel album en duo avec Rachael & Vilray, le Tin Pan Alley-ish « I Love a Love Song ». Beaucoup de nouveau matériel à choisir sur deux nuits. Monica Martin ouvre. (19 h, également samedi, Palace Theatre, 17 W. 7th Pl., St. Paul, 40,50 $ – 76 $, axs.com)

5. Robert Glasper : Le célèbre claviériste lauréat d’un Grammy, qui a été associé au jazz, au R&B et au hip-hop, a enregistré avec un who’s who de la musique moderne, dont Kendrick Lamar, Esperanza Spalding et Jazmine Sullivan. Dans son retour attendu au centre-ville de Minneapolis (il est apparu pour la dernière fois en ville en 2015 au Walker avec Jason Moran), le toujours spontané Glasper sera accompagné du bassiste Burniss Travis, du batteur Justin Tyson, du tourne-disque Jahi Sundance et des invités musicaux qui se présenteront. (18 h 30 et 21 h, également samedi et dimanche, le Dakota, 1010 Nicollet Mall, Mpls., 55 $ à 70 $, dakotacooks.com)

Également: Grand roseLa 18e recréation annuelle de « Last Waltz » du groupe avec un casting all-star de Twin Cities (et le batteur invité spécial Vinnie Amico de Moe) est passée au théâtre (19 h, également Sat. Fitzgerald Theatre, 25 $ – 50 $); écoutez les succès « alternatifs » de la fin des années 80/début des années 90 via le nouveau groupe hommage local 120 minutes (22h 331 Cub, gratuit).

Samedi 28 janvier

6. Soirée d’ouverture de la salle verte : L’ancien emplacement de Pourhouse / Coup d’État dans Uptown renaît dans une salle de musique à plein temps, et la soirée d’ouverture montre pourquoi il y a de l’optimisme dans l’espace de 300 à 400 personnes qui pourrait marquer un retour plus fort de la musique live dans cette époque -Coin animé du quartier de la vie nocturne de Minneapolis. Les rockeurs pop punky Gully Boys complètent la programmation avec un son révisé à libérer, y compris leur nouveau single à saveur électro-pop incroyablement lente « See You See ». Ils seront précédés par une liste éclectique d’autres buzzmakers locaux de l’époque, y compris les rockeurs groove dramatiques FenixDion, le groupe punk torride Scrunchies et le pop/rocker Colin Bracewell. (19 h Green Room, 2923 Girard Av. S., Mpls., 15 $ – 20 $, greenroommn.com)

7. Orchestre du Minnesota : L’orchestre marquera le Nouvel An lunaire avec des œuvres de Chine, de Corée, de Taïwan, de Singapour, des États-Unis et d’Italie. Avec Junping Qian sur le podium, le concert mettra en vedette comme solistes le baryton Joo Won Kang et Yiwen Lu, l’un des plus grands virtuoses mondiaux de l’erhu, le cousin chinois à deux cordes du violon. Parmi les offres, citons la révolutionnaire « Internet Symphony ‘Eroica' » de Tan Dun et des sélections de la suite de chansons folkloriques de Bao Yuankai, « Chinese Sights and Sounds ». (20 h Orchestra Hall, 1111 Nicollet Mall, Mpls., 34 $ – 77 $, minnesotaorchestra.org)

Également: La star du rap du milieu des années 2000 de Def Jam Jeezy du statut de hitmaking de « Soul Survivor » est de retour en tournée (22 h Skyway Theatre, 35 $ et plus); soul-rocker psychédélique Thomas Abban rentre chez lui pour un concert à côté du deuxième spectacle Mainroom de Semisonic (21 h 7th St. Entry, 15 $); Erin Schwab, une animatrice de Twin Cities à la fois musicale et humoristique, présente sa soirée avec la Divine Miss E, un hommage à Bette Midler (19 h, également 15 h, dim. Théâtre Capri, 25 $) ; Oiseau chanteur de Minneapolis Connie Evingson réchauffe les choses avec des chansons de son album de bossa nova, « Sweet Happy Life » (4 .m. Crooners, 20 $ – 30 $).

Dimanche 29 janvier

Le groupe cool du guitariste Paul Bergen Astronautes du rythme et du son jouer un après-midi spécial avec Chambre 95 (17h-20h, Dusty’s Bar); Auteur-compositeur-interprète de la Côte-Nord Michel Monroe connaît l’hiver comme en témoigne son concert « Wintersong » (16 h 30 Crooners, 35 $ – 45 $).

Lundi 30 janvier

Batteur/clavier de forme libre Dosh termine sa résidence aventureuse de janvier avec ses amis Truth Maze, Jacqueline Ultan et JG Everest en tant que Sans Le Systèmesuivi d’un autre ensemble avec Liz Draper et Tasha Baron (Glacière de 20 h, 12 $); les Fleurs de cactus‘ propre course de janvier se termine également avec le favori folk-rock de l’Iowa Pietà Brun (19h30 Turf Club, 25 $).

Mardi 31 janvier

8. Albert Lee : Au cours de ses six décennies de carrière, le guitariste qui a beaucoup voyagé a travaillé avec Emmylou Harris, Eric Clapton, les Everly Brothers, Bill Wyman, Vince Gill et d’innombrables autres. Si le sélecteur britannique, qui a déménagé aux États-Unis en 1974, a une chanson signature, ce serait « Country Boy », mais il joue surtout des reprises. Que ce soit par Fat Domino, Jimmy Webb, Ray Charles, Chuck Berry, Little Feat ou qui que ce soit, le guitariste de ce guitariste y apporte sa touche personnelle. (19 h, également mercredi, le Dakota, 1010 Nicollet Mall, Mpls., 40 $ – 45 $, dakotacooks.com)

Mercredi 1er février

9. Phil Cook : Alors que son frère et ancien coéquipier de Megafaun, Brad Cook, est devenu un producteur recherché pour Nathaniel Rateliff et Waxahatchee, Phil continue de créer des groupes intéressants et de sortir des albums solo inspirés. Le natif d’Eau Claire, Wisconsin – qui a également joué avec Justin Vernon dans son groupe pré-Bon Iver DeYarmond Edison, ainsi que dans Gayngs et Hiss Golden Messenger – revient en ville pour une performance de piano solo dans le cadre du Great Northern festival . (19h30 Parkway Theatre, 4814 Chicago Av. S., Mpls., 25 $, theparkwaytheater.com)

Également: De retour d’une excursion d’enregistrement à Tucson, favori local de l’Americana / alt-twang Erik Koskinen a un concert debout tous les premiers mercredis du mois à Icehouse (20 h, 15 $); pop-punks classiques les 99ers lancent leur résidence de février au Mortimer’s avec d’autres groupes de rock locaux dirigés par des femmes grrly hargneuxles Veuves noires et Tang et les onglets (20 h 30, 7 $).

[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *