Affaires en Inde | Budget de l’Inde : l’Inde est d’accord, le gouvernement ne devrait pas s’occuper de faire des affaires : ET sondage en ligne – Systeme.io


Affirmant l’accent mis sur la privatisation, le Premier ministre Narendra Modi a déclaré en 2021 que le gouvernement ne devrait pas se lancer dans les affaires.

Depuis lors, il a réussi à se débarrasser de certains actifs, dont quelques-uns problématiques comme Air India, a fait inscrire LIC sur les bourses et a lancé le processus de vente d’autres actifs.

Ce que dit le sondage

Avant le budget de l’Union 2023, ET Online a mené un sondage auprès de ses lecteurs pour comprendre leur point de vue sur la campagne de privatisation du gouvernement BJP.
Une écrasante majorité, un peu plus de 60 % des personnes interrogées, a approuvé la décision du gouvernement et a déclaré que la campagne de privatisation devrait se poursuivre. Ils semblent s’entendre sur le fait que le gouvernement ne devrait effectivement pas s’occuper de faire des affaires.

Certains ont dit que le désinvestissement devrait être abandonné. Près de 26 % des personnes interrogées ont déclaré que la campagne de privatisation en cours pourrait très bien conduire à la création d’entreprises monopolistiques.

Au cours des dernières années, les partis d’opposition ont protesté contre le fait que certaines personnes ou entités saccagaient continuellement les entreprises que le gouvernement vendait, même si ces entités n’avaient aucune expérience dans la gestion de telles entreprises.

Environ 8% des personnes interrogées dans le sondage ont déclaré ne pas se soucier de la campagne de désinvestissement car elle n’avait aucun impact direct ou indirect sur leur vie. Un nombre encore plus petit – un peu plus de 5% – a déclaré que la campagne ne porterait aucun fruit car les acheteurs étaient réticents à reprendre les entreprises d’État pour de multiples raisons.

Diapositive7ET en ligne

Le tableau de bord
Le gouvernement a collecté environ 31 100 crores de roupies grâce aux désinvestissements des entreprises du secteur public central en avril-décembre, par rapport à l’objectif budgétaire annuel de 65 000 crores de roupies. Au cours des quatre dernières années, le gouvernement a largement raté l’objectif de désinvestissement budgétaire.

La vente d’Air India, criblée de dettes, au groupe Tata l’année dernière a été un moment fort du programme de désinvestissement. Mais au cours de cet exercice, le gouvernement a dû abandonner les projets de privatisation de BPCL et de l’aciérie de Bhadrawati de SAIL en raison du manque d’intérêt des acheteurs.

Il a dû mettre fin à la vente de Central Electronics Ltd car l’enchérisseur retenu a été disqualifié pour ne pas avoir divulgué qu’il avait des affaires judiciaires en cours. La vente de Pawan Hans a également été gelée car un membre du consortium gagnant avait une affaire NCLT contre lui.

Plus de la moitié du produit du désinvestissement recueilli jusqu’à présent provient de l’introduction en bourse de Life Insurance Corporation (LIC). En mai 2022, le gouvernement avait levé Rs 21 000 crore en vendant une participation de 3,5 % dans le géant de l’assurance à Rs 949 par action.

[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *