Apprendre sans Internet : comment la plate-forme LMS Tribyte Technologies a fait son entrée dans les petites villes – Systeme.io


Environ 1,3 milliard d’enfants âgés de 3 à 17 ans, soit les deux tiers des enfants scolarisés dans le monde, n’ont pas de connexion Internet à la maison, selon un nouveau rapport conjoint de l’UNICEF et de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Sur ces 449 millions d’enfants, soit environ 88 % du nombre mondial, seuls l’Asie du Sud est originaire. En Inde plus précisément, près de 60% des écoliers n’ont pas accès aux opportunités d’apprentissage en ligne, a révélé la Fondation Azim Premji, dans un rapport séparé. « Le problème n’est pas seulement le manque d’infrastructure numérique dans notre pays, la littératie numérique, en particulier chez les enseignants, est un autre défi qui rend difficile de combler ce fossé », Abhishek Dubey, fondateur de Muskaan Dreams, une organisation à but non lucratif basée au Madhya Pradesh (ONG ), m’a dit.

Plate-forme de système de gestion de l’apprentissage (LMS) basée à Bangalore, Tribyte Technologies prétend avoir une solution à ce problème. « Nous avons un LMS hébergé dans le cloud appelé LearnBox qui peut être utilisé avec très peu de connectivité Internet ou même sans elle. Tout le contenu d’apprentissage peut être téléchargé sur ce LMS et peut être consulté à distance par les étudiants », a déclaré Seethaprasad Mandikel, PDG, co-fondateur de Tribyte. Le LMS fonctionne à l’aide d’un serveur connecté au réseau local (LAN) ou Wi-fi. Mandikel affirme que cela n’a pas besoin de connexion Internet. Cependant, cela nécessiterait une connexion Internet au moment de l’installation, lors du téléchargement du contenu et lorsqu’un enseignant souhaite vérifier ce qu’un élève apprend. Les étudiants ont également besoin d’une connexion Internet unique pour obtenir un accès authentifié au serveur. Selon la société, près de 20 écoles, instituts d’apprentissage et universités ont utilisé le LMS de Tribyte, notamment l’Institut Aakash, l’Université Azim Premji, Vidya Mandir, la Brigade School, entre autres.

L’institut Aakash appartenant à Byju utilise le LMS de Tribyte pour exécuter un service appelé iTutor. L’institut affirme l’avoir utilisé pour fournir des services d’apprentissage aux étudiants du Jammu-et-Cachemire lorsque les services Internet ont été bloqués sur le territoire de l’Union au moment de l’abolition de l’article 370. Cachemire lors de l’abolition de l’article 370 et de la coupure d’Internet qui a suivi. Nous avons stocké les conférences préenregistrées des enseignants sur un PC serveur, et les étudiants ont pu accéder à ces conférences via nos terminaux d’étude. Fondamentalement, c’est un système hors ligne qui est connecté via un intranet et non Internet », a déclaré Mubeen Ahmad, responsable d’iTutor, Aakash.

Le coût de configuration du système de Tribyte varie entre Rs 50 000 et un lakh. Cela inclut le coût du logiciel (LMS) et de l’installation. La ressource humaine nécessaire à l’installation n’est pas fournie par l’entreprise. Cependant, ils offrent une formation aux gens sur la façon d’installer le système. « Dans les zones rurales, l’utilisation de ce module d’études peut être difficile compte tenu du coût de mise en place. Cela peut bien fonctionner pour les instituts de coaching dans les zones urbaines qui ont des étudiants issus de milieux financiers très aisés, mais si notre objectif est d’aider l’éducation à atteindre les plus pauvres du lot, la rentabilité doit être traitée », Nirmalya Samanta, professeur agrégé, département du HOD anglais, Ramanujan College, Université de Delhi, a déclaré.

Lisez aussi: CENTA lance la plateforme mondiale de revenus MyCENTA Grow pour les enseignants

Suivez-nous sur TwitterFacebook, LinkedIn



[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *