Comment les équipes de F1 gagnent-elles de l’argent ? Comprendre l’économie des tenues de course


La F1 est un sport extrêmement coûteux où des millions de dollars sont dépensés en recherche et développement pour créer la voiture la plus rapide de la grille. Cependant, cela ne signifie pas nécessairement que les équipes gagnent aussi beaucoup et ont une marge bénéficiaire énorme. La plupart de leurs revenus sont généralement consacrés au développement de la voiture de l’année prochaine et aux chèques de paie.

Les équipes de F1 tirent leur budget de quatre sources différentes : les sponsors, les paiements du sport, les pilotes et les constructeurs. Les équipes tirent la plupart de leurs revenus des parrainages. Chaque équipe a plusieurs sponsors qui contribuent des millions de dollars. Par exemple, Petronas parraine Mercedes pour environ 75 millions de dollars par saison, et Oracle a un contrat de parrainage de cinq ans d’une valeur de 500 millions de dollars avec Red Bull.

📰 : Haas dévoile son logo avec le sponsor titre – Money Gram. MoneyGramHaasF1 Team #F1 https://t.co/zj8f6wau6P

La deuxième façon la plus lucrative pour les équipes de gagner de l’argent est de participer à ce sport et de performer aussi bien que possible. Le sport collecte de l’argent auprès de divers parrainages et droits de télévision pour créer un pot de prix. Après chaque saison, chaque équipe obtient une coupe en fonction de ses performances actuelles et passées dans le sport.

Les pilotes « Pay to play » sont la troisième source de revenus des équipes. À l’heure actuelle, Lance Stroll est le seul exemple de pilote « pay to play » sur la grille depuis que son père, Lawrence Stroll, est propriétaire de l’équipe Aston Martin F1. Auparavant, Nicholas Latifi a conduit pour Williams et a également financé l’équipe par l’intermédiaire de ses sponsors, Sofina et Lavazza.

La dernière source de revenus provient de divers constructeurs automobiles. Des entreprises comme Mercedes, Ferrari, McLaren Alpine, etc. investissent dans leurs équipes de F1 pour les soutenir. Si une équipe est exceptionnellement performante, les gens se tourneront vers le constructeur automobile qui les soutient. Cela augmentera éventuellement leur clientèle et leur activité.


Carlos Sainz sur le calendrier des 24 courses de la saison 2023 de F1

Carlos Sainz a récemment partagé ses réflexions sur le long calendrier de 24 courses pour la saison 2023 de F1. L’Espagnol n’a aucun problème avec la longue liste de courses car il est jeune et aime parcourir le monde. Cependant, il comprend également les plaintes des autres et à quel point cela peut être difficile pour les personnes ayant leur propre famille.

Parler à RacingNews365, Sainz a déclaré :

« 24 courses, c’est beaucoup, mais je suis jeune et probablement dans la meilleure phase de ma carrière. Donc pour moi, c’est faisable, j’aime voyager et pouvoir être compétitif. Je vis actuellement mon rêve en tant que pilote Ferrari. et j’aime voir le monde. »

🇺🇸🎤 -Carlos lorsqu’on lui a demandé où il aimerait courir n’importe où dans le monde qui ne figure pas sur le calendrier actuel : « Vegas était un grand événement parce que nous voulions tous y aller un jour, avoir une course de nuit à Vegas est aussi cool que possible , comme compétition de F1 ou comme spectacle » #CarlosSainz #USGP https://t.co/xN3hxofeCU

Il a en outre ajouté :

« Donc, je ne me plains pas du calendrier, mais en même temps, je pense que c’est très difficile pour les autres personnes dans le paddock. Beaucoup de gens au sein des équipes sont souvent loin de leur famille et cela pèse lourd. Donc nous devons examiner attentivement comment nous pouvons faire les choses correctement pour toutes les personnes dans le paddock, qu’il y aura un juste équilibre pour leur vie privée. La F1 devra faire des compromis là-dessus. »

Bien que la F1 ait décidé d’avoir 24 courses la saison prochaine, il y a eu une certaine confusion entre le GP de Chine et le GP du Portugal, les deux courses essayant de se faire une place sur le calendrier. Cette confusion est due aux restrictions COVID en Chine et n’a pas encore été résolue par les responsables du sport.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *