Le troll Internet « Baked Alaska » condamné à 60 jours de prison pour son rôle du 6 janvier


WASHINGTON – Anthime Joseph Gionet, mieux connu sous le nom de troll Internet d’extrême droite «Baked Alaska», a été condamné mardi à 60 jours de prison avec deux ans de probation pour sa participation à l’attaque de 2021 contre le Capitole américain.

Gionet, qui devra également payer une amende de 2 000 $, a plaidé coupable l’été dernier à un chef d’accusation d’avoir sciemment pénétré dans des terrains à accès restreint, passible d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois derrière les barreaux.

Gionet a refusé de dire quoi que ce soit pour lui-même avant la condamnation et est resté silencieux lorsqu’il a été conduit hors de la salle d’audience.

Le 6 janvier 2021, Gionet faisait partie de la foule qui a percuté les barricades de la police et les portes et les fenêtres du Capitole après que le président de l’époque, Donald Trump, a prononcé un discours basé sur des mensonges sur les élections de 2020.

« Nous sommes le kraken ! Libérez le kraken ! Faites confiance au putain de plan, allons-y ! Gionet a chanté sur un livestream à l’intérieur du Capitole, selon des documents judiciaires.

Gionet s’est ensuite rendu au bureau d’un sénateur non identifié, où il a fait un faux appel téléphonique au « Sénat américain », les exhortant à « mettre notre garçon, Donald J. Trump, au pouvoir ».

Portant ses lunettes de soleil emblématiques, Anthime Gionet, également connu sous le nom de

Portant ses lunettes de soleil emblématiques, Anthime Gionet, également connu sous le nom de

Portant ses lunettes de soleil emblématiques, Anthime Gionet, également connu sous le nom de « Baked Alaska », est acclamé par des personnes associées au groupe d’extrême droite America First devant le siège mondial de Pfizer le 13 novembre 2021 à New York.

« Occupez le Capitole, allons-y ! il a dit. « Nous ne quittons pas cette garce ! »

Quelques minutes plus tard, lorsque les forces de l’ordre l’ont chassé du bâtiment, Gionet a crié à un officier : « Tu es un putain de briseur de serment », parmi une série d’autres insultes.

Gionet a utilisé le service DLive pour publier son livestream de 27 minutes, car plusieurs plates-formes de médias sociaux grand public l’avaient expulsé de leurs services au moment de l’attaque du Capitole.

Un ancien membre du personnel de BuzzFeed qui s’est identifié comme un libertaire, Gionet a suscité la controverse lors de l’élection présidentielle de 2016 alors que sa politique virait en territoire extrémiste. (BuzzFeed est maintenant la société mère de HuffPost.) Il a ensuite crié des phrases antisémites lors du rassemblement « Unite the Right » de 2017 à Charlottesville, en Virginie, où un contre-manifestant a été tué.

L’avocat de la défense de Gionet, Zachary Thornley, a tenté de le présenter comme un membre des médias plutôt que comme un émeutier le 6 janvier, notant sa diffusion en direct et son emploi précédent avec BuzzFeed.

Il a agi comme « une sorte de journaliste ou quelque chose comme ça », a déclaré Thornley au tribunal.

Le procureur Anthony Franks a montré des clips du livestream de Gionet dans lesquels il a appelé d’autres « patriotes » à le rejoindre au Capitole, et a crié aux forces de l’ordre : « Va te faire foutre, espèce de merde ! »

En fin de compte, le juge n’était pas d’accord avec la défense de Gionet.

« Vous avez participé à un événement honteux … un embarras national qui nous a tous fait nous sentir moins en sécurité », a déclaré le juge Trevor McFadden avant de prononcer la peine.

Il a déclaré que Gionet n’était clairement pas un « photojournaliste passif » ce jour-là, et qu’il entretient une « vocation troublante » qui consiste à diffuser en direct « la criminalité pour gagner de l’argent en ligne ».

Le juge a poursuivi: « Vous participiez pleinement … à la célébration d’une tragédie nationale. »

Gionet a été banni de Twitter en 2017, au milieu des critiques sur la façon dont la plateforme a traité les extrémistes d’extrême droite. À la fin de l’année dernière, cependant, il a été autorisé à revenir sous la propriété du PDG Elon Musk.

Lié…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *