Les cadres supérieurs risquent la prison pour non-conformité – Systeme.io


Le projet de loi sur la sécurité en ligne doit être modifié pour inclure une infraction pour les dirigeants ou les cadres supérieurs des principales entreprises technologiques qui ne respectent pas leurs obligations de protection des enfants en ligne.

Telle qu’elle est actuellement rédigée, l’infraction s’appliquera aux cadres supérieurs et aux dirigeants (ou à ceux qui prétendent remplir de telles fonctions) des « services d’utilisateur à utilisateur » (mieux connus sous le nom de sites de médias sociaux, mais ils pourraient inclure de nombreuses entreprises en ligne, y compris des forums, sites de jeux en ligne et fournisseurs de stockage en nuage). Les agents pourraient encourir jusqu’à deux ans d’emprisonnement si le non-respect est commis « avec le consentement ou la connivence » ou est « attribuable à une négligence » de l’agent. Il y a donc aussi un effort dans la rédaction actuelle pour assurer la culpabilité de la négligence, et pas seulement la non-conformité délibérée.

Le projet d’infraction actuel est défini dans un amendement au projet de loi sur la sécurité en ligne qui aurait été accepté en principe par le gouvernement. Cependant, les ministres travailleraient avec les députés proposant l’amendement pour le reformuler, de sorte que la formulation finale n’est pas encore convenue.

Le projet de loi sur la sécurité en ligne devrait introduire une série de réglementations importantes pour de nombreuses entreprises en ligne, et les effets d’entraînement s’étendront probablement à ceux qui travaillent avec des entreprises en ligne. La nouvelle loi introduira des devoirs de diligence étendus (y compris des devoirs de sécurité pour protéger les enfants, auxquels se rapporte l’infraction ci-dessus) et conférera des pouvoirs d’application étendus à l’Ofcom. Les infractions précédemment liées à l’échec se conforment aux demandes d’informations de l’Ofcom, par exemple, mais auront désormais des conséquences beaucoup plus graves pour les personnes derrière des entreprises non conformes.

Pour plus de détails sur les changements envisagés par le projet de loi sur la sécurité en ligne et les principales implications pour les entreprises et les praticiens, veuillez consulter le récent article de Matthew MacLachlan pour le Privacy & Data Protection Journal ici.

[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *