Les plateformes en ligne doivent supprimer le contenu signalé comme faux par le gouvernement: ministère de l’informatique – Systeme.io






Les plates-formes en ligne en Inde doivent supprimer le contenu signalé comme faux ou faux par les mécanismes de vérification des faits du gouvernement central, conformément au projet révisé d’amendements aux règles de 2021 sur les technologies de l’information (directives pour les intermédiaires et code d’éthique des médias numériques).

Le ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MeitY) a publié mardi le projet révisé de règles informatiques quelques jours après avoir introduit des modifications relatives aux sociétés de jeux en ligne. Le ministère a invité les commentaires sur les projets de modifications d’ici le 25 janvier.

Les règles exigent que toutes les plateformes agissant en tant qu’intermédiaires entre les utilisateurs et Internet garantissent une certaine diligence raisonnable lors de l’hébergement de contenu. Ces règles s’appliquent aux intermédiaires de médias sociaux, aux intermédiaires de médias sociaux importants (avec plus de cinq millions d’utilisateurs) et aux intermédiaires de jeux en ligne.

L’article 3 (1) (b) (v) des règles actuelles stipule qu’un intermédiaire doit s’efforcer d’empêcher l’utilisateur de sa ressource informatique d’héberger, d’afficher, de télécharger, de modifier, de publier, de transmettre, de stocker, de mettre à jour ou de partager toute information. qui trompe ou induit en erreur le destinataire sur l’origine du message ou communique sciemment et intentionnellement toute désinformation ou information qui est manifestement fausse et fausse ou trompeuse par nature.

Le projet propose l’ajout des mots suivants : « Ou est identifié comme faux ou faux par l’unité de vérification des faits du Bureau d’information de la presse du ministère de l’Information et de la Radiodiffusion ou par un autre organisme autorisé par le gouvernement central pour la vérification des faits ou, en cas à l’égard de toute affaire du gouvernement central, par son département dans lequel cette affaire est traitée conformément aux règles de conduite établies en vertu de l’alinéa (3) de l’article 77 de la Constitution. »

Les plateformes de médias sociaux suivent leurs propres procédures de vérification des faits pour supprimer les informations erronées. Cependant, il y a eu des désaccords croissants entre eux et le gouvernement au sujet de ces processus et du filtrage prétendument sélectif du contenu.

Rajeev Chandrasekhar, ministre d’État de l’Union pour l’électronique et les technologies de l’information, a déclaré à plusieurs reprises que les politiques visaient à garantir un Internet ouvert, sûr, fiable et responsable pour ses utilisateurs.

« La désinformation a pour effet de saper notre droit fondamental à la liberté d’expression et constitue également une menace pour la démocratie (et) le débat ouvert. Nous devons réglementer et arrêter la désinformation pour garantir un Internet et une démocratie sûrs et fiables », avait tweeté Chandrasekhar en décembre, en réponse à la révélation des « Twitter Files », qui alléguaient que le site de microblogging manipulait des tweets et d’autres informations sur la plateforme.

Le gouvernement peut réviser les règles informatiques de 2021 si les intermédiaires des médias sociaux abusent de leur pouvoir et restreignent la liberté d’expression sur leurs plateformes, avait déclaré Chandrasekhar aux journalistes, interrogé sur les politiques de modération de contenu prétendument injustes des entreprises de médias sociaux.


[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *