Né encore et encore : les évangéliques cambodgiens célèbrent 100 …… | Nouvelles et reportages – Systeme.io


Un festival célébrant le 100e anniversaire du christianisme protestant au Cambodge approche ce week-end, et le téléphone de Navy Chann Chhay n’arrête pas de sonner.

« Désolé, j’ai environ dix messages Telegram qui arrivent en même temps », a déclaré Chhay, secrétaire exécutif du comité de planification de la célébration, qui, selon les croyants locaux, sera le plus grand événement chrétien du pays.

La célébration du centenaire de l’Évangile au Cambodge est un festival de deux jours à Phnom Penh commémorant l’arrivée des premiers missionnaires protestants du pays en 1923. Chhay et ses collègues dirigeants chrétiens ont passé plus de deux ans à planifier l’événement.

Au cours de la dernière semaine de préparation, ils sont restés en contact presque constant pour s’assurer que chaque détail est parfait et que l’énoncé de vision de la célébration est réalisé : que le Cambodge devienne « l’arôme du Christ en Asie et dans le monde ».

Un grand espace d’exposition en plein air avec un aménagement élaboré accueillera ceux qui font le voyage vers le quartier Diamond Island de la capitale, avec des zones d’expositions, de concerts et de danses, d’activités pour les enfants, de nourriture et de prière. La scène principale est suffisamment grande pour accueillir les plus de 10 000 spectateurs attendus chaque soir.

Bien qu’il y ait eu d’importants rassemblements chrétiens au Cambodge dans le passé, beaucoup ont été principalement dirigés et financés par des organisations étrangères. Par exemple, la Billy Graham Evangelistic Association a organisé un rassemblement au Cambodge en 2019, le premier événement de l’organisation dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Mais cette fois, la force motrice a été les croyants cambodgiens eux-mêmes. Seuls trois des 18 membres du comité exécutif sont des étrangers, et environ les trois quarts des 228 000 dollars qui ont été collectés pour la célébration proviennent de l’intérieur du pays.

Les chrétiens se sont réunis pour le coup d'envoi de la célébration de l'anniversaire en 2022.

Image : Avec l’aimable autorisation de Pisit Heng

Les chrétiens se sont réunis pour le coup d’envoi de la célébration de l’anniversaire en 2022.

Les chrétiens de toutes les classes ont donné leur argent et leur temps pour faire de la célébration une réalité, déclare Mara Kong, pasteur de la New Life Fellowship à Phnom Penh qui dirige le comité exécutif. Certains ont contribué aussi peu que 25 cents parce que c’est tout ce qu’ils peuvent se permettre, mais ils veulent quand même soutenir l’effort.

« Ils donnent parce qu’ils croient qu’il est temps que l’évangile brille dans cette nation », a déclaré Kong. « Je n’ai jamais vu une telle unité dans le corps du Christ (au Cambodge) auparavant. Beaucoup de gens prient pour le Cambodge et rêvent de voir… Les Cambodgiens ont une rencontre avec (Dieu). Les prières ont fonctionné.

Momentum improbable

Il existe des données pour étayer le sentiment de progrès ressenti par les dirigeants sur le terrain. Selon le Base de données chrétienne mondiale, la population chrétienne du Cambodge a augmenté plus que tout autre pays d’Asie du Sud-Est entre 2000 et 2015 ; en 2020, près de 3 % de sa population était chrétienne.

Bien qu’il s’agisse d’un pourcentage plus faible que dans plusieurs pays voisins, il s’agit d’un chiffre remarquable étant donné qu’il n’y avait presque pas de protestants cambodgiens à deux reprises au cours du siècle dernier.

Lorsque deux couples de missionnaires américains de l’Alliance chrétienne et missionnaire (CMA) sont arrivés à Phnom Penh en 1923 pour implanter des églises et traduire la Bible en langue khmère, ils n’avaient que peu de fondations sur lesquelles s’appuyer.

À l’époque, la petite présence catholique romaine dans le pays, remontant au XVIe siècle, était largement déconnectée de la société cambodgienne au sens large. Les efforts des sociétés bibliques protestantes étrangères pour traduire les Écritures en khmer ont stagné des décennies plus tôt. Seuls l’Évangile de Luc et les Actes ont été achevés, et le gouvernement colonial français s’est opposé à la distribution de la traduction.

Il y a cent ans, les missionnaires CMA ont pu obtenir la permission de faire leur travail et ont commencé à voir des progrès lents mais significatifs. De ces humbles débuts, les communautés chrétiennes protestantes et indépendantes se sont progressivement développées au cours des 40 années suivantes, avant de connaître une surprenante secousse de croissance plus rapide. Tous les missionnaires protestants nord-américains ont été expulsés du Cambodge en 1965 au milieu d’un sentiment anti-occidental croissant, et beaucoup craignaient que les églises naissantes qu’ils avaient laissées ne disparaissent.

« Il s’avère que c’est exactement le contraire qui s’est produit », a déclaré Briana Wong, une experte du christianisme cambodgien qui enseigne au Phillips Theological Seminary à Tulsa. « Le protestantisme a en fait explosé entre 1965 et 1970 (l’année du retour des protestants nord-américains) et a continué de croître jusqu’en 1975. »

Cette croissance s’est brusquement arrêtée en 1975 lorsque le régime brutal des Khmers rouges est arrivé au pouvoir. Soi-disant travaillant à créer une société agraire et égalitaire, les Khmers rouges ont terrorisé les Cambodgiens avec des déplacements forcés, la violence et le meurtre.

« À l’époque des Khmers rouges, tout ce qui se trouvait dans votre ferme, votre champ ou votre maison… appartenait au gouvernement », a déclaré le pasteur Mara Kong, se souvenant de la peur et de l’angoisse que sa famille endurait. « Pour cueillir vos fruits, il fallait demander au gouvernement. Pour tuer votre propre poulet pour nourrir votre famille, vous deviez demander au gouvernement.

Son père, qui a survécu, a failli être exécuté lorsque les soldats n’ont pas réalisé qu’il avait obtenu l’autorisation de cuisiner son propre poulet pour nourrir sa femme, qui était malade. Kong a perdu 21 parents au profit des Khmers rouges. En fin de compte, environ 2 millions de Cambodgiens sont morts sous le régime, dont presque tous les chrétiens du pays.

Une renaissance miraculeuse

Après la fin du règne des Khmers rouges en 1979, le christianisme cambodgien a commencé à naître une seconde fois. Les quelques croyants survivants ont commencé à reconstruire leurs communautés spirituelles au Cambodge et dans les camps de réfugiés fortement peuplés à la frontière.

« Ce sont dans une large mesure les chrétiens cambodgiens eux-mêmes, dont beaucoup n’ont décidé que récemment de se convertir, qui ont dirigé des études bibliques, effectué des ministères de pastorale et prêché à de grandes foules de leurs compatriotes réfugiés », a déclaré Wong.

La décision de Navy Chann Chhay de suivre le Christ en est le reflet. Après que les Khmers rouges ont pris le pouvoir, elle et sa famille ont fui à pied pendant quatre mois, à travers les montagnes, à travers les moussons et à travers les zones de combat, pour atteindre la frontière thaïlandaise. Là, ils ont été nourris par le gouvernement thaïlandais et finalement installés dans l’un des camps de réfugiés des Nations Unies.

Pendant qu’ils vivaient dans le camp, des amis cambodgiens récemment devenus chrétiens lui ont partagé l’évangile. Elle a accepté le Christ en 1982, suivie de son mari et d’autres membres de sa famille.

Ils ont déménagé au Canada après avoir obtenu le statut de réfugié en 1985, mais sont retournés au Cambodge 13 ans plus tard pour servir avec World Renew, une organisation chrétienne d’aide et de développement. Chhay et son mari vivent toujours au Cambodge, où ils forment et soutiennent les pasteurs et leurs familles.

« J’ai eu quelques appels proches avec la mort, mais je pense que Dieu m’a gardé en vie pour son but », a déclaré Chhay.

cambodgien et chrétien

Aujourd’hui, les chrétiens sont une partie plus visible et acceptée de la société cambodgienne, y compris dans la vie civique. Il y a maintenant des chrétiens au sein du gouvernement, et le Premier ministre bouddhiste du Cambodge, Hun Sen, doit assister à la cérémonie d’ouverture du centenaire de l’Évangile. Tout cela aurait été inimaginable il y a seulement quelques décennies.

Le corps confessionnel diversifié d’évangéliques qui se sont réunis pour la célébration du centenaire de l’Évangile reflète la variété des églises qui exercent actuellement leur ministère à travers le Cambodge, à la fois dans les grandes villes et dans les villages ruraux.

La plupart des congrégations sont protestantes ou indépendantes, avec des groupes importants tels que l’Église évangélique khmère affiliée à la CMA, l’Église Foursquare du Cambodge et des associations indigènes d’implantation d’églises comme l’Église Living Hope in Christ.

David Manfred, un missionnaire américain qui a servi au Cambodge avec le CMA depuis 1995, a remarqué un changement d’attitude envers le christianisme dans la société cambodgienne.

« Pendant des décennies, on a eu le sentiment que pour être un bon Cambodgien, il fallait être bouddhiste », a-t-il déclaré. « Je pense qu’il y a un sentiment croissant que ce n’est pas nécessairement vrai. On peut être chrétien et être aussi un bon Cambodgien.

Les dirigeants chrétiens espèrent que la célébration continuera à répandre cette conviction et à combattre les stéréotypes persistants, tels que le fait que les croyants cambodgiens ne respectent pas leurs aînés ou leur culture. Pisit Heng, un chef de culte et auteur-compositeur qui est directeur de production du Gospel Centennial, s’est assuré d’inclure des performances de musique et de danse traditionnelles khmères dans le programme de l’événement en plus des chants de louange et d’adoration de style contemporain.

« Avoir notre culture dans nos performances montre aux gens que nous nous soucions toujours de nos traditions », a déclaré Heng. « Nous pouvons adapter nos traditions ; nous n’allons pas nous en débarrasser.

Les médias sociaux ont également été un outil utile pour montrer aux autres Cambodgiens à quoi ressemblent vraiment leurs compatriotes chrétiens. Pouvoir entrevoir les cultes et les groupes de prière en ligne a aidé plus de gens à avoir l’esprit ouvert envers les églises.

Les jeunes leaders comme Heng, 43 ans, sont particulièrement bien équipés pour profiter de ces opportunités, et leurs aînés de l’église cambodgienne se sont délibérément retirés dans un rôle de conseil et de mentorat.

Un lien fort entre les générations existe, mais les décideurs sont pour la plupart d’âge moyen. Des leaders plus âgés comme le pasteur Barnabas Mam se réjouissent qu’après des années de dur labeur, ils soient capables de coacher des leaders émergents et de voir les églises grandir et mûrir.

« J’aurais aimé que mes mentors aient vécu pour voir cela de leurs propres yeux », a déclaré le pasteur Mam, sa voix se brisant d’émotion. « C’est tellement triste; ils ont tous été tués par les Khmers rouges. Ils rêvaient de le voir, mais j’ai tellement de chance de vivre et de le voir se produire devant moi.



[ad_3]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *