Petites entreprises, grands rêves : les femmes entrepreneures irakiennes


Publié le:

Bagdad (AFP) – Les machines à coudre et le tissu qui entourent Alaa Adel dans son studio « Iraqcouture » à Bagdad témoignent de son succès dans un Irak profondément patriarcal.

Adel, 33 ans, compte parmi un nombre limité de femmes entrepreneurs dans un pays où la plupart des femmes ne travaillent pas à l’extérieur de la maison.

« Nous avons une tradition sociale qui empêche de nombreuses femmes de travailler », a déclaré Adel dans son studio du quartier commercial de Karrada à Bagdad.

Même pour ceux qui le font, « ce n’est pas toujours aussi facile », a-t-elle ajouté.

L’Organisation internationale pour les migrations a déclaré dans un rapport d’octobre que « les coutumes et traditions dominantes… limitent les activités des femmes à leur rôle domestique et nourricier ».

Adel a déclaré que de tels préjugés, ainsi que des difficultés pratiques, posaient un défi à la réalisation de son rêve.

Diplômée de l’Université de Bagdad spécialisée dans la mode et le design, Adel a voulu créer sa propre maison de couture.

« Je suis allée voir des mécènes d’organismes qui soutiennent l’art et la culture. Mais mon idée a été systématiquement rejetée car je n’avais aucune expérience dans la conception de projets », raconte-t-elle.

Coupe de tissu : Alaa Adel, diplômée de l'université de Bagdad spécialisée dans la mode et le design, voulait créer sa propre maison de couture
Coupe de tissu : Alaa Adel, diplômée de l’université de Bagdad spécialisée dans la mode et le design, voulait créer sa propre maison de couture © Sabah ARAR / AFP

Grâce à une fondation irakienne, The Station, et son programme « Raidat » (Femmes Entrepreneures) financé par l’ambassade de France à Bagdad, Adel a suivi une formation qui, dit-elle, lui a donné la confiance nécessaire pour créer sa propre entreprise.

Obstacles

Le secteur privé irakien est encore embryonnaire, rendant plus fastidieuses et longues les démarches de création d’entreprise.

Alaa Adel, 33 ans, compte parmi un nombre limité de femmes entrepreneurs dans un pays où la plupart des femmes ne travaillent pas à l'extérieur de la maison
Alaa Adel, 33 ans, compte parmi un nombre limité de femmes entrepreneurs dans un pays où la plupart des femmes ne travaillent pas à l’extérieur de la maison © Sabah ARAR / AFP

Le pays, qui tente de dépasser quatre décennies de guerre et de troubles, est également en proie à une corruption endémique, un chômage généralisé et un taux de pauvreté d’environ 30 %.

Près de 38 % des personnes ayant un emploi travaillent dans le secteur public irakien, l’un des taux les plus élevés au monde, selon l’Organisation internationale du travail (OIT).

Adel a finalement obtenu un prêt auprès d’une banque privée et a créé sa marque « Alaa Adel » l’été dernier.

Au début, elle a dû faire face au sexisme de certains fournisseurs de tissus qui hésitaient à faire affaire avec une femme, raconte-t-elle.

Ensuite, il y avait un manque de structures publiques de garde d’enfants, dans un pays où la tradition veut que les enfants soient gardés à la maison – par la mère – jusqu’à ce qu’ils aillent à l’école.

Adel a reçu l’aide de membres de sa famille qui s’occupent de ses deux garçons, âgés de neuf et quatre ans, pendant qu’elle est au travail.

‘Compliqué’

L’Iraq compte 13 millions de femmes en âge de travailler « pourtant seulement environ un million travaillent », a déclaré la coordinatrice nationale de l’OIT, Maha Kattaa, en présentant un rapport en juillet de l’année dernière.

Shumoos Ghanem, entrepreneur et fondateur de la "Femmes irakiennes en affaires" initiative, s'adresse aux participants lors d'un atelier à Bagdad, la capitale irakienne
Shumoos Ghanem, entrepreneure et fondatrice de l’initiative « Iraqi Women in Business », s’adresse aux participantes lors d’un atelier à Bagdad, la capitale irakienne © Sabah ARAR / AFP

Le taux de participation des femmes au marché du travail « était particulièrement faible » à 10,6%, selon le rapport de l’OIT, contre 68% pour les hommes.

En revanche, l’Arabie saoudite voisine – il y a quelques années encore, l’un des pays les plus restrictifs au monde pour les femmes – avait un taux de participation des femmes au marché du travail de 35,6 % au deuxième trimestre 2022.

La plupart des travailleuses irakiennes sont enseignantes ou infirmières. Rares sont les membres de la police ou des forces armées.

Pour Shumoos Ghanem, les hommes « dominent de nombreux secteurs alors que les femmes sont reléguées à la marge ».

La femme de 34 ans est propriétaire d’une entreprise d’aliments diététiques et fondatrice de l’initiative Iraqi Women in Business, qui fournit des conseils professionnels aux femmes en ligne. Elle est également mère d’un garçon de 14 mois.

Ghanem dit que la plupart de celles qu’elle conseille sont des mères qui ont quitté le marché du travail et « se demandent si la société les acceptera » à nouveau en tant que femmes actives.

Au cours des cinq ou six dernières années, les femmes irakiennes ont eu de plus en plus d’opportunités, a-t-elle dit, mais l’espace dont elles disposent « pour se développer est encore très limité ».

« Certaines régions sont plus traditionnelles que d’autres », a-t-elle ajouté, ce qui restreint davantage les chances des femmes de faire « des carrières ou d’ouvrir des projets ».

Entourée d’hommes, Ghanem a déclaré avoir elle-même vécu du sexisme et s’inquiéter du harcèlement.

« Quand je suis allée voir des fournisseurs pour la première fois, j’ai vraiment vu à quel point c’était compliqué », se souvient-elle.

Maintenant, elle travaille à domicile, mais elle aussi a un rêve : avoir son propre restaurant soucieux de sa santé où elle peut aider à renforcer les rangs des femmes d’affaires irakiennes.

« Je veux en faire un endroit pour soutenir les femmes qui veulent travailler dans ce secteur », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *